Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/354

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Chi me vient pués metre en duel ne en spoent
5745« Viegne motrier vers moi suen ardiment,
« Car mieus vieul jé etre oucis francement,
« Che Carlemagne m’apende ensi vilment. »
Rolant respont en riant dousemant :
« Il puet, biau frer, feir son comandement,
5750« Mais nel feroit, qui li donast Cliervent ;
« Quant qu’il comande fa li enterement.
109 b« Aler m’en veul hoster cist garniment.
« Se mon seignor te feit engombrement,
« Ne poras plus, mais j’en serai dolent. »
5755Lor fist senblant de rire fausement ;
Le roi encline et Girart ou poign prent.
« Alons nos an », feit il, « sire parent ».
Dou trief s’en vont ; Rolant li poign li estrent.
« Girart », dist il, « se le cors ne me ment,
5760« Oï avez chouses qe, se je puis brieument,
« Plus n’avrai onte por sofrir longement.

CCXLIII[1]

— Sir », dist Girart, « ce ne dites vos mie.
« Qui vos lohast, ce seroit estoutie. »
Dist Oliver : « Le roi feit vilanie :
5765« Qui l’en conseile feit ancor plu folie. »
Le trief Rolant de soie d’Aumarie
Estoit tendus en une praerie ;
D’entor s’alogient la noble souderie
A un onbral sur l’erbete florie ;
5770La se desarment la riche baronie.
Ains qe Rolant avist robe vestie,

    — 5748 euriant — 5756 girat — 5759 girat — 5760 pius

  1. — 5763 feroit estoucie — 5767 prearie — 5769 su lerbete.