Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/348

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Non d’autre guisse al doloros estor
Le mostra Anibal, quant il oit la pejor
Encontre Scipion, de Rome condutor.
Ja plus mal voluntere home qu’atend honor
5580Non leisse en un peril d’une stree sa hossor
Com il fesoit sa gient deci qe al plus menor.
Enfraci qe la porte non li oit grant demor ;
Molt par fu grant la chaçe qe les nos font as lor.
Tant en i ot d’oncis, s’il non est mentior
5585Trepin, q’escrist l’estoire, qu’avant a l’oscuror
Veves en la cité que remist en dolor
En furent atrovees plus de .vii. mille uxor,
Dont foible la cité remis en son retor.

CCXXXVII[1]

Quant le pont ont levés la pute gient Païne,
5590Le duel encomença. Qi remis orfenine,
E ! Diex, chi remis veve e de seignor frarine
Coment detort ses meins, coment deront sa crine !
L’amirant va desendre joste la tor perine ;
En la sale est montei, iriez, sa teste encline :
5595Dolant est de son fil que tient en seisine
Carles l’empereor, que tant lui porte ahine ;
Crient q’il le fera pendre si cum le jor matine.
107 aSor tut maine grant duel sa fame la roïne ;
Ses blances mains destort e sa façe gratine.
5600« Fil Ysoré », ce dit la Saraçine,
« Se m’estes mort, huei la mort me termine :
« Par vos morai, mon planet le destine.
« Fil, de quant cluit la tere e la marine
« N’avïés par de florie dotrine.

    — 5584 Tant emõt, mẽcior — 5585 Trepi, quãt aloscuror — 5587 furẽst

  1. — 5592 sa traine — 5596 achine — 5604 Naures.