Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/343

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCXXX[1]

Je j’ai veü combatre un castel,
Quant cels dedenz ont perdu tot revel
Il randent spees, ensaigne e penoncel,
Merci clament por garenter lor pel,
5450E neporquant s’uns lor monte al chirnel,
104 aPor lor dotance le vont ferir isnel :
Tot ensemant le Paien damoisel
Clamoit merci al doloros çambel
E de defense avoit l’autre mantel.
5455De maintes membres a jonchiez le praiel.
Rollant en jure le cors saint Danïel :
« Oi n’ai veü de cestui le parel ;
« S’il voloit croir el nemi Lucibel,
« Encué n’ert mort ne conduit a masel. »
5460Tot les Francois asterent a tropel.
« Por cil Machon », dist il, « qu’est ton chadel,
« Dis moi qui is, qe fais dou brant martel.
— E vos qui estes ? » respondi le donçel.
« Quant moi, je sui un chevaler novel
5465« Ch’entrepris sui defendant mon ostel.
« Enbatus sui as mains de ces chael ;
« Mengier me qident come lous li porcel.
« Si n’est mon pere garçons ni bedonel,
« Mais roi clamé, e tient sot son seiel
5470« Cil bel paleis, le mur e le burçel.
« Non sai por qoi me voie a cist flaiel,
« Car non sui Jude ne cil c’oncist Abel.

  1. — 5447 tot manque — 5448 Ma tẽt spees — 5451 loi d. uoit — 5453 çabel — 5460 astereit — 5462 A qus ; B intercale un i entre l’u et l’s — 5465 Chentepris — 5472 iuda.