Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/342

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCXXIX[1]

Maltalentis li quens Anseïs fu.
« Seignor », feit il, « non vos atarzé plu
5420« De l’asailir tant q’il soit confondu.
« Par saint Donis, s’il escapast cestu,
« Pis en ert Çarles e neïs de Jesu. »
Adunque i sunt François sovre coru.
Sor un sol home greignor asaut non fu ;
5425Non les Gadrois de sor Emenidu
Le firent teil com les Frans sor celu.
103 bCil se defent con tante de vertu.
Qe s’il est voir de la force Febu,
Mervoille fust se elle tornast en lu.
5430Quant en l’onor terans, non cil de su,
Domaje ert s’il i avist mesvenu.
Com grace cort sovent al dechaü,
A celle hore estoit Rolant insu
De la bataillie, car l’en i avoit feru
5435Ses bon ceval a travers por le bu ;
Veilantin quiert, Teris le a rendu ;
Rolant i monte, pués s’est aporceü
Dou grant asaut que fu sor l’abatu ;
Cele part broche le bon destrer crenu,
5440Voit li Paien e les colp dou brant nu.
Il l’avoient François tant combatu
Qe le defendre an oit presqe perdu ;
Rendre se veul, mais non vient entendu.
Rolant escrie : « Traez vos tot en su :
5445« Se cist morist, teil domaje non fu. »

  1. — 5419 atarz fu — 5422 en est — 5423 françoes — 5425 les giã dars de soz e — 5426 Vers répété en haut du fol. 103b — 5433 Alle hore — 5434 le i auoit — 5441 lauoiet, tat c. — 5444 R. enscrie.