Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/341

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCXXVIII[1]

5390Quant les vasaus Anseïs oïrent,
De l’asailir un pué se retreirent.
Dist Anseïs : « Paien, a moi te rent ;
« De toi ferai a mon signor present ;
103 a« Honor avrais se tu batisme prent.
5395« Quan le batisme non te fuist en talent,
« Gardera toi tant q’un autre acident
« Poroit venir de ton raembrement.
« Tu m’abatis, ja maugré non t’en sent,
« Tant voi en toi valors et ardimant.
5400« Grant domaje ert, par le mien esïent,
« Si tu moroies ensi vileinement.
« Si tu te rendes, cert je non t’en reprent,
« Car n’ais aïe fors de toi solement. »
Lor respondi Ysorez fierement.
5405« François », dist il, « tu m’ais legierement
« Pris por paroules e por acointement ;
« Bon goliard serises droitement
« Por gaagner dras e diner d’arçent.
« Bien ais ancui feit plus long parlament
5410« Que les ancestres de Grece non firent
« D’aler a Troie por le lor vangiemant.
« To toi de ci, car ja plus non t’entent.
« Uns home est vis, s’il fust ci en present,
« A qui rendroie moi et mon garnimant :
5415« De lui en fors, mielz de mort me content
« Qe je me mete a rendre basement,
« Dont il en ait onte nul mon parent. »

  1. — 5397 rembrement — 5402 non tẽsẽt — 5406 poz p. — 5408 e manque — 5409 B. a. anci — 5411 vagiemant — 5413 fust & en p. — 5417 il en ai.