Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/340

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Prés lui non voit hom qui le portast foi.
Vers la citei reüsoit le tornoi ;
Debasez sunt les cris des Espeignoi
5365E renforchiez « Saint Donis ! » e « Monjoi ! ».
« Maubailis sui », feit il, « qar bien le voi.
« Hei ! Malgeris, » ce dist il, « çentil roi,
« Vos ni ma mer jamais moi non veroi. »
102 bLor l’unt choisis da trente a trente troi
5370As armeüres de cels de nostre loi ;
Le un escrie : « C’est un de lors, ce croi. »
Respondi l’autre : « Tu dis voir, por ma foi ;
« Hoi l’ai veüs qe maint en a feit qoi ;
« Sor toz les autres nos a mis en esfroi. »

CCXXVII[1]

5375Sor Ysorez sunt nos François corus ;
Desfi ni rendre non li ont menteüs,
Mais que de lances, de darz, de brant molus
Le vont ferir : teil furent lor salus.
Cil se deffend, que s’est aperceüs
5380Qe, s’il nel feit, mort ert et confondus ;
Cinq n’i a mort contre tere estendus.
Quens Anseïs, q’il avoit abatus,
Coneüs l’a, cele part est venus ;
Dist as François : « Traiez vos tut en sus ;
5385« Un teil Païn non fu jamais veüs ;
« Gardez non i ait sor lui plus colp ferus.
« S’il garpisoit Apolin ni Chaüs,
« Dire poroit, ce croi, Rolant le dus
« Ch’en le trecesme sunt le doçes creüs. »

    — 5362 home ; les quatre derniers mots ont été exponctués par B qui n’a rien mis à la place — 5365 reforchiez, e moidi — 5368 j. uos non ueroi ; B a exponctué le dernier mot — 5369 Loz ; B a exponctué les deux derniers mots

  1. — 5375 A Cor — 5383 parte — 5384 taiez — 5385 fu mai v. — 5388 D. p. poi R. le d. — 5389 trecessme.