Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/335

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

5230D’or sunt les chans et noires li fauchon.
Li quens venoit, par le congié Carlon,
A prendre camp por tuit li compagnun ;
Sor les chamels furent si paveilon.
Des or avront nos François garison.

CCXX[1]

5235Tant chevaucha Guenelons ou vis fier
Les François trueve en li grant engombrer ;
Voit le domaje e le treir des archier,
Voit Malgeris desor li puei ester,
Apareillé des barons esalter
5240Com a la quaille feit li bon esperver.
« E ! Diex », dist Gaenes, « que tot ais a juger,
« Cum grant sens veul a guere demener !
« Cescuns devroit son enimi doter.
« J’ai maintes fois veüz, por depriser
5245« Son enemi, l’orguelos debaser :
« Anquoi voi jé Rollant par son danger.
« Cist mal conduit e cist fol chevaucher
« Pooit maint home fere e lui periller.
« Mais li proverbe se poit or averer :
5250« Perir non poit qi Diex voldra eider. »
Pues comença sa gent a losenger :
« Seignor barons, molt vos poez priser
« E Damediex loer e mercïer
« Qe nos a feit a teil point ariver
5255« O nos avroms si grandisme mester.
100 b« Veez le niés Carle, qi tant se feit nomer,
« Livrez a mort de meins d’arbelester :

    — 5231 Li qẽs — 5232 prendere

  1. — 5236 e li grant — 5241 tot ais auier — 5244 fos uenz — 5246 A A quoi — 5250 non poite — 5255 grandissime — 5257 de mie lis darbeleste.