Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/334

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCXVIII[1]

— Par ma foi, sire », Bernars de Més respont,
Un chevaler qui fu ardiz e cont,
5205« N’esteit Teris en cestui primer front,
« Mais ça deriere, o maint ferus en sont.
« Par la destroite qe nos Crestïens font
« Ne poroit ci venir par toz le mont.
« Mais mon destrer, qe por plain e por mont
5210« Randone plus qe chevriol ne font,
« Par amor Diex, montez i, sire cont. »
Ne puet müer Rolant q’il ne s’enbront,
E pués a dit : « Qi de ce me semont,
« S’il ont chevals, por qoi ferir ne vont ?
5215« Ainz voldroie estre en le flons d’Acheront. »

CCXIX[2]

Dist Oliver : « Cist diz n’est bel ne bon,
« Quant por non feir d’un chevaler peon
« Ne vos volez torner a garixon.
« Non fust q’eu voi un autre traïson,
5220« Je esperonasse sor cist pueple fellon ;
« Mais par deça, devant son cunfalun,
« Voi Malgeris e sa gient environ :
« Com il nos voit brocher sor li jeldon,
100 a« Asaudra nos derere o par canton.
5225« Maudite soit Espaigne et Aragon ! »
A ces parolles qe disoit li baron,
Par aventure chevauchoit Guenellon
Ou dis mil homes, nez de sa region,
A deux banieres et un riche penon :

  1. — 5203 B corrige mes en meus — 5207 daistroite
  2. — 5223 sol li i. — 5227 chuãchoit — 5228 niez de s. ragion.