Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/331

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

5125« Oi vengieruns les aigles sor les lous. »
Lors tient l’espee, s’ala ferir Anfous
Qe molt estoit fier et chevalarous ;
98 bTot le detranche deci qe as denz desous.
Lor sunt Paien del ferir afarous ;
5130Nos Crestïens en funt molt angosous.
Ec vos poingant li vasal corajous,
C’est le niés Charles, sor noir Amoravous,
Palmoiant lance, a pué non a feit dous ;
Sa insaigne porte Hues li quens de Blous.
5135Encué seront .cc. Pampelonous
De retorner a meison sofreitous.

CCXIV[1]

Grant fu le chaple par devant le robist ;
Frans combatent par la loi Jesu Christ
Vers les Paiens qe forment le aïst :
5140Qi fiert, qi fuit, qi torne, qi guenchist.
Mester fesoit bien qe Rollant venist :
Frans fusent frait se plus i atendist.
L’aute venue dou baron qi veïst,
Le contenir el grant senblant q’il fist :
5145N’a hom si foible qe ne s’en esbaudist.
Devant les autres, tant com un arch treisist,
Vient le niés Carles et l’olifant bondist.
Le bon destrer soz lui brait et honist ;
De grant randon en la presse se mist ;
5150Sor un Paien un si gran colp ofrist
Le eschu tranche e l’obers i malmist.
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .

    — 5129 afaraus — 5130 fiert molto angosus — 5131 Et vos — 5132 for le noir amoiuius — 5133 la lance — 5134 qẽs

  1. — 5138 cõbetãt — 5139 forment lecist — 5142 p. latendist — 5145 homo, baudist — 5151 ĩ malmist.