Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/327

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Por meileu de la prese trestoit s’abandona,
De l’espie d’acer Ysorés asena
Amont desor sun eume, qe luit e verdoia.
5020Si l’estordi le colp qe sor lui encarga
A poi que la cervele e les oils non vola.
Por desor sun arçons le Paiens s’enclina ;
Dedens une autre prese son destrer le porta.
E Berengier s’areste, departir l’en leisa ;
5025O mort o pris l’avroit, mais il non le caça ;
Tant ame li arcivesqe de lui non se sevra.
Mout fu gran li travail qe por lui endura ;
Tant i feri dou brand qe l’acer en osca ;
Entor lui feit grant plaçe, un caval i amena ;
5030E l’arcivesqeve monte, forment le mercia :
Por ce a tiel besoing valt bon ami, qi l’a.

CCVIII[1]

Montés fu l’arcivesqe, q’en gran regard estoit ;
Et Ençeler sperone en la gran prese o voit,
E Belençer o lui, qe pas ne s’en recroit ;
5035Il n’i a cil d’els dos qe son brand n’i enploit.
Quand Ysorés revient, fier maltalant i croit.
Qi donc veïst les ovres qe le Malfer fesoit :
Sor cors de civaler en perdon ne feroit,
Mais mort o enplaié des arçons le sevroit.
5040Bien dit a soi meïsme, se longuemant vivroit,
Qe la mort Feregu sor François vengeroit
E sor le cors Rollant, se trover le poroit.
Molt par fu Ysorés buens chevaler a droit ;
97 aSe il creüst Yesus e Machon gerpisoit,
5045Nus milor chevaler Karlon ni serviroit.

    — 5019 sum — 5020 le colp manque — 5021 A poine que — 5023 un autre — 5025 nol caça — 5028 en osta

  1. — 5032 A Dolans fu — 5035 ne qenploit — 5037 Qi donc veisist — 5043 par manque — 5045 Dis milor.