Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/326

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Cui il en fiert un colp, merveile est se il non ploie ;
Sanglant a feit le brand deci qu’en la manoie ;
4990Ne croi pas qe le quart d’une leigue aleroie
Qe plus de .xx. n’a oncis qe mai plus non geroie.
Li homes Corsabrin por partir se desroie,
Qe François se ralïent come lous a la proie,
Car le pros quens Hestos lor feit confort e çoie.
4995Ansi vont a ferir come fust un sbanoie ;
Ja s’en fuient Paiens — qe plu vos en diroie ? —
Quand sorvient Ysorés, qe mais ne se desloie.

CCVII[1]

Le fils roys Malgeris a l’estor ariva ;
Le fuans feit torner, si les reconforta.
5000Por la mort Corsabrin merveilos duel mena
E dist, se ne le venje, petit se prisera.
Molt fu pros Ysorés, nel mescreé vos ça ;
Richemant fu armés, sun destrer randona ;
Bien plus d’un grand arpant en l’estor le porta.
5005Odelon de Niverse devant lui encontra :
Seneschaus fu au quens qe Milon engendra.
Le ardi Saracins si gran colp i dona
Qe nuls amis q’el ait jamais nel revira :
Ni eschu ni aubers q’il eüst non dura ;
5010Mort l’abat le Paiens, dont mant François pesa.
96 b« Pampeloine, barons ! » Ysorés s’escria,
E pois sa lance prend, a Trepin se jostra ;
Si le fiert ens l’eschu qe le desarçona.
Quand le voit si armé, son cival aresta,
5015Croit que est gentil home, retenir le voldra.
Mais Berengier le voit, qe pas nel sofrira :

    — 4988 en manque — 4989 qa en la m. — 4993 railent — 4994 quens manque — 4995 Ausi

  1. — 5012 E pois p. sa l. — 5016 M. li dus b.