Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/324

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCIV[1]

Molt par fu grant l’estor, cum vos poeç entendre ;
Ardis sunt li Paiens a lor païs defendre ;
4935A envis le rendent, mielç se leiroient pendre.
Gerard de Roxilon lor est venus contendre ;
A l’espie d’acer les vait forment offendre ;
Cui il done uns colps, ne li stoit plus atendre.
A le frer Corsabrin vait il un tel colp rendre
494095 aQue li trençe li heume cum se fust cire tendre ;
Ne cufie ni ventaile ni puet al brand contendre ;
Deci qe en la coraile le vit le frere fendre.
Qi donc veïst li quens de bien ferir esprendre :
Plus en a mort de diex, chevaler li plus mendre.
4945« Ei ! Diex », disent François, « qe vos laxaistes vendre
« Por nos oster dou feu qe unques ni feit cendre,
« Gardeç icist baron, qe si ben seit contendre ;
« Ni a meilor chevaler trosqu’al flum d’Alexendre.
« A cestui devroit Karles e doner et espendre,
4950« Que nos feit talentis de bien fer et enprendre,
« Beneoit soient cils qe un tel heir engendre ! »

CCV[2]

Dolant fu Corsabrin quant vit son frere mort ;
Fieremant le regrete e ses poing en detort
E prie Machomet q’en son ciel le recort
4955E lui done a vengier li daumaje e li tort.
Lor broce li destrer, qe fu isnel e fort,
E fiert un Bergognon, qe fu syr de Moncort ;
Jamais n’avra s’amie de lui augun deport :

  1. — 4933 A omet par — 4935 A Ainç que le rendnt, leiront — 4937 A le uait ; B corrige acier lo — 4939 consabrin v. un tel — 4943 espendre — 4947 cist, b. se seit c. — 4950 Q. uos — 4951 un manque
  2. — 4953 A omet en.