Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/322

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

A trois arbalistrees n’i fu rene guenchie.
Por le gré Malceris, qe tant soit de maestrie,
Est insus Corsabrins de la cité garnie,
O lui quatre mil homes de cele gent haïe ;
4880N’i a nul qe n’ait eume e la broine vestie ;
Por secorre les autres l’amirans les envie.
Le niés au roy de France a la novelle oïe
Qe sa gent s’en tornent, si ont mestier d’aïe.
Gerard de Roxilon, o tant oit segnorie,
4885Dist : « Sire, balieç moi de ceste baronie,
« Si les irai secorre au nom sainte Marie ;
« Se mestier n’en aüse, ne irïeç vos mie.
— Freres » respond li duc, « quant li cor vos agrie,
« Se je ne vos creroie, je feroie folie,
4890« Tant par est coneüs vostre chevalerie,
« Le sans, la loiauté e la gran cortoisie,
« Que dis mil gentil hom vos en portent envie.
« Or preneç troi mil homes en vostre compagnie. »
E cil a feit tantost, qe l’incline e mercie.

CCII[1]

4895A troi mil chevalers de la noble compaigne
S’en voit or dan Gerard, estroit desot sa ensaigne
A un lion baree en la bixe campagne,
Une spee sanglant en la brançe grifagne.
Ençeler les perçut, as autres les ensagne ;
4900Lors tornerent ariere envers la gent d’Espagne.
Ençeler laxe corre li varon d’Alemagne ;
De l’espie veit ferir un rice cavetagne
Deci qe en le menton li detrençe e magagne ;

    — 4876 As t. arbalistrers — 4877 Por alegrer — 4879 lui manque — 4887 ne mauses ne iueç — 4892 Q. dis nul, porteront

  1. — 4895 A omet la — 4896 or manque — 4897 Au lion — 4898 B spie, blançe — 4899 A lensagne ; B le p., le e. — 4900 vers la g. — 4901 corer.