Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/319

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Prés la ensegne Marsille se mist a la frontere.
Reanplie ert la ville de la gent aversere ;
4795Bien furent quinces mil la peonaile archiere :
Cils sunt de la cité e por pere e por mere,
E dex mil chevaler fu la gent estrainere.
Malçeris en apelle Landin de Rochefiere :
« Amis, vos remarois o ma gent peonere,
4800« E je enstrai la hors contradir la rivere.
« Gardeç vos non iseç tant qe je vos non quere.
92 b« Se le cors ne me ment, ainç qe je torn ariere,
« Entre nos e François avrons aseç qe fere.
« Mais se n’ai oblïé de guere la mainere,
4805« Je tieng esbaratee ceste gent peonere,
« S’i fust le remanant qe sunt oc li emperere.
— Syre », ce dit Landin, « n’i a mestier proiere ;
« Quant qe vos m’encargieç ert complis volentiere. »

CXCVIII[1]

Le roy de Pampelune o sa gent mescreüe
4810Cevauce vers la porte por mi la mastre rue.
La descend dou ceval, sa gent fest ester mue
E monte sor la tor lez la porte volsue
E voit la gent Trepyn qi ancor ni est moüe
E ni avoient ne buef ne vache retenue,
4815Ançeis le laixent pastre aval l’erbe menue,
Sonent corn e busines e gran trombes bouçue.
Malçeris le regarde e la lor contenue ;
De la tor est desis sor sa selle vestue,
Pois a dit a ses homes : « Ceste gent est vencue. »
4820Senestors en apelle, prince de Landerue :
Cil fu son liges hom de sa reconeüe ;

    — 4800 la hors o ma gent c. — 4802 je manque — 4804 M. se ie nai o. Peut-être faut-il garder je et élider ai — 4805 esbarate

  1. — 4812 monta — 4821 ligee, reconue.