Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/318

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Alon les asalir a le nom Apolin ;
« Hois croi vengier Feregu el Barbarin. »

CXCVI[1]

4770Armer se vont Paiens, lor conseil ont finis,
Et Ysorés s’adobe, le fils roy Malçeris :
N’a meilor chevaler en trestoit le païs,
Car il fu pros e large e de parler polis ;
Biel fu, si ni avoit anc li .xx. ans complis ;
4775Plus dexiroit veoir dan Rollant li marchis,
Armé o desarmé, d’ome don siegle vis ;
Si ne l’amoit il mie, dond il ne fust repris.
Il a dit a son pere : « D’une riens me croi fis,
« O de morir ancui o acomplir mon delis.
4780— Biel fils », ce dit li roy, « observeç mes castis :
92 a« Ne vos longieç da moi, tant soiés repentis ;
« A garder vos otroi la ensagne au baxalis. »
— « Sire », dit le valet, « li vostre gran mercis. »
Pois dit entre ses dent : « Mal soie engenoïs
4785« Se por garder ensegne avrai honor ne pris !
« Miels ameroie avoir une gran plaie au vis
« Combatand a Rollant, qe mon cosin ancis,
« Q’a estre soz baniere troveç sans et haitis. »

CXCVII[2]

Quand sont armé andos e le fils e le pere,
4790Dou palés vont descendre ; porter font lor banere
E montent as chevaus ; lor gent veinent dariere.
Li prince Corsabrin o sa gent batailere

  1. — 4772 stretoit — 4780 ceistis — 4781 t. qe soies — 4786 M. ame oi — 4787 a manque — 4788 sor baniere
  2. — 4789 Q. furent — 4791 monterent.