Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/316

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CXCIV[1]

Quand Malçaris oï qe venus sunt li Frans
E la proie tolue, el piç li cor le sans ;
Ses armes feit porter a dos de ses sarjans
E fist desor la tor soner troi olifans.
4715Corsabrins fist monter, prince de Novians ;
Venus a Pampelune estoit l’autre domans :
O dex mil chevalers, çaschuns a bon clavans,
L’avoient envoié Marsille e Balegans
Por ce qe Feregu eüst esfors plus grans.
4720Remés est li Paiens, car il aloit en vans
Por la mort Feregu dond li a feit certans.
Cil vient a Malçeris au gran palés autans :
« Corsabrin », dit le roy, « l’emperere Romans
« N’a pas encomençé guere por Naçerans,
4725« Mais ce qe il ymage est son penser plus plans.
« Se il vient a Pampelune, cum il feit ses scemblans,
« Ja ni s’en partira si pasera li ans.
« Se vos sevrés da moi e no m’estes aidans,
« A peril est la ville e je d’estre perdans ;
473091 a« Se vos ni defendés Pampelune o vos mans,
« Karles en ert le syr. Qe valt li remanans ?
« Tote prendra la terre jusque au mer Oceans.
« Mais se vos moi aidés, je le ferai dolans,
« E manderons Marsille q’el ne soit secorans ;
4735« Deprés avons aïe, crieç en est li bans.
— Sire », ce dit li princes, « tant cum serai vivans,
« Jamés ne vos faudrai. » Lor mist le doi al dans.
Malçeris le mercie, liés en fu e çoians.

  1. — 4731 K. en est syr.