Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/315

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

E virent Pampeloine e la tor environ,
4685Le paleis Malçeris e le mestre dojon.
Les vachers ont trovés, dond il i avoit fuison,
E furent tuit armés, tant redotent Karlon ;
Plus furent de dui cent li ancrismé fellon.
90 aL’arcivescheve lor crie : « Tuit estes mort, gloton.
4690« En cist païs qe feites ? Nos vos calongeron. »
Les vachers le virent venir de tiel randon
Les lances manoiand, si en furent en friçon ;
Fuand vers la cité s’en vont a esperon.
François les encalçent, de lor font oncison ;
4695Ni atendoient a prendre ni vache ni multon,
Ançeis les apresent cum meslard li faucon.
Mout i oit des vachiers tres grant destrucion ;
Deci au mastre borg les menent a bandon ;
Plus en ont mort de trente sens retenir prison.
4700Le remanant dedens s’en vont a garison,
Criant : « As armes ! as armes ! li enemis ci son ;
« Tolus nos ont la proie e mant nos compaignon ;
« S’il l’en poront porter, gran daumaje seron. »
La noise fu levee por la ville environ.
4705Le roy vient as fenestres quand il oï le ton ;
Autemant s’escria : « Qel noveles avon ?
— Venus sunt li François, biaus sire, por Machon,
« Qe vos metront les bors mantinant a carbon. »
90 bQuand le roi les oï, lor tint come tiçon ;
4710Lor demande ses armes sens pon d’aresteison.

    — 4686 a fuison — 4696 aprisent — 4701 Escriant — 4702 copaignons — 4703 Se i la p. — 4704 leuea — 4705 Malçaris uient ; peut-être faut-il conserver Malçaris et remplacer fenestres par estres — 4706 sescrie — 4707 V. s. b. s. francois.