Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/313

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Ne vos encombatrois, je vos pri por amor,
« Tant q’il soient a leu qe vos n’avrés loisor
4630« E che les ataignons o nostre gent grignor.
— Syre », ce dit Hestos, « icist si feit labor
« Encargés sor un autre plus vostre servior ;
« Cist mestier non apris nul de mes ancesor,
« Car vos saveç, biaus syre, ne m’en porteç iror,
463589 a« Qe poi sunt coraries sens le vilans retor. »

CXCI[1]

Quand dou baron Estos fu la parole oïe,
Irés fu le niés Karles, mais ne li mostre mie ;
Un poi croule le cief, non puet müer non die :
« Mauvés scemblans, cosin, en feïs autre fie,
4640« Quand vos sor Feregu feisistes la envaïe :
« Dou primer colp, avant qe fust l’aste crosie,
« Vos en vi retorner por demander aïe.
« Cil non fu mie pis d’une vil corerie ?
— Sire », ce dit Girard, « il fist gran cortoisie :
4645« Pris estoit Olliver e l’autre baronie ;
« Se Hestos s’en torna, ce non fu coardie,
« Qe molt fait a priser, ce dit la gent antie,
« Cil qe por l’altrui mal soi meimemant castie. »
Oliver, quand l’oï, ne puet müer non rie.
4650« Biaus sire Hestos », fàit il, « por Deu le fils Marie,
« Garnis poristes estre de male compagnie.
— Oliver », dit Rollant, « une n’avés bastie,
« Se Hestos vos entendist, tençons stoit comencie.

CXCII[2]

— Seignor », ce dit Hestos, « qi altrui vuelt blasmer

    — 4634 vos manque

  1. — 4641 qe fu — 4653 la t. estoit.
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées CXCII