Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/308

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Ja roys Marsille, a cui Espaigne apend,
« Non perdra mais de sa tere un arpent ;
« Mais, por san Jaches, il ira autrement. »

CLXXXV[1]

Con vos oiés, seignor, et en tiel guise
4495De Naçerans ont Frans la ville prise.
La gent dedens de buens cor sens fantise
Fist da Marsille e da Machon divise.
Quand li emperer qe Alemagne justise
Vit bapticee tote la gent aqise,
4500D’aler avant est mis en convoitise.
Une soir qe les tables aprés super sunt mise,
Par le consoil Naymon e de le roys de Frise
Rollant fit demander, ou tant oit gentilise.
86 b« Sire niés », dist le roi, « baron qe feit enprise
4505« D’autre terre conquerre vuelt sens e maïstrise
« E haïr le repos e sa pelice grise
« E costumer le cald e le froid e la bise.
« Quand il a un castel o une terre prise,
« Ne doit por vane glorie entrer en druerise,
4510« Mais prés l’une vuelt estre mantinant l’autre asise,
« Car qi altrui offend penser doit por certise
« Qe le offendus porchaçe comant il l’en merise.
« Nos avons asauté et Espaigne e Galise :
« Sol por une cité qe nos avons conquise
4515« N’est pas dou roy Marsille tote la gent oucise ;
« Por sol començamant, se il n’a qe finise,
« Ne vient hom a profit fors de gran valerixe.

    — 4492 perdira

  1. — 4499 baptice, agise — 4500 plus a. — 4501 Un ior qe — 4505 conquerere — 4507 brise — 4509 uenaglorie — 4512 il en m. — 4516 sol manque.