Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/306

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Ne s’alast metre de tot a son bandon.
443585 aLi roys en fist a son neveu li don
E de la ville ou tote la maixon.

CLXXXIII[1]

Rolland reçuit li don e li honor ;
Genoila soi par devant son seignor.
Le roy le driçe e pués li dit ancor :
4440« Oieç », dist il, « li grand e li menor ;
« Je faiç cestui, qe sui emperaor,
« Roys de quant tient Marsille li Aumansor
« E mantinant, a nom li Creator,
« Encoroner le vuel sens nul demor. »
4445Rollant l’oï, duplia le color.
« Grand merci, syre », ce dist li pugneor.
« Quand de la enprise c’avons feite des hor
« Serons a chief, celui meïsme jor
« Prendrai corone e recevrai ma uxor.
4450« Se je non sui avant tiel servior
« A ceste graçe qe ele, por sa douçor,
« Moi die : « Prend — n’avoir nule paor —
« Ce c’as meris de ta juste sudor »,
« Ja ne prendroie d’Espaigne un cheitis bor,
445585 b« Car le bon serf qe n’aime desenor
« Ne qiert merit se il n’a feit son labor ;
« E hom orgoilos, syre, feit gran follor
« Q’en l’altrui ort plante fruit ni aubor,
« Car au collir ça en ont li pluisor
4460« Englotis fruit de trop agre sapor.

    — 4435 A neu (corrigé par B qui a intercalé un u et oublié e) ; B le don

  1. — 4437 B le d. e le h. — 4438 A omet par — 4439 A e plus — 4444 nul autre d. — 4447 feit — 4452 Moi die prendre tu uoil ; B corrige tu uoil en nauoir — 4453 A cai meris ; B chais meri — 4454 A espaie — 4455 seruf.