Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/302

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

82 bLi troi mesajes, qe grant paor avoit,
4320Devant le duch s’ajenoilent a droit,
Salüez l’ont de cil Diex o il croit,
Pués li distrent quant qe cargiez li estoit,
Coment Paiens batiçer se voloit,
Garpir Machon, Apolin e Margoit,
4325Salves lor vies e l’avoir q’il tenoit.
Rollant li entant, el cuers grant joie en oit ;
Dist a Oliver : « Que volez vos ch’en soit ?
— Sire », dist il, « grant daumaje seroit
« Se tante gient sens batisme moroit ;
4330« Chi mercé clame, biaus sire, avoir la doit. »
Respont Rollant : « E pardonez lor soit ;
« Quant vos agree, dahait chi ne l’otroit ! »
Lors li baisa et acola estroit ;
Fors qe son oncle plus d’ome vis l’amoit.

CLXXIX[1]

4335Molt se porterent grant foi li dui marchis
E compagnie tant com il furent vis.
« De la part Diex e do roi de Paris,
« Et de moi soiez tut asouz beneïs,
« Salves vos vies, vos fames e vos fis.
4340« Se volez croer batisme el Crocefis,
« Vos ne perdrois, par voir le vos plovis,
« Dou vostre avoir valant un flor de lis,
« Mais visitez del mien serois tot dis. »
Lor en apele son eschüer Teris :
4345« Aportez moi l’ensaigne san Donis
83 a« E le quarter d’or e de color bis. »
Cil les aporte cum home amanoïs.

    — 4325 S. lor mes — 4332 locroit

  1. — 4337 A paradis. Peut-être le scribe a-t-il passé quelque chose entre ce vers et le précédent — 4339 & nos f. — 4340 e le c. — 4341 pederois — 4343 mie — 4347 homen.