Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/301

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Ferent monter cescuns sor bon liart.
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .

CLXXVII[1]

.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
82 aContre lor vent l’emperere Romans
E son neveu qu’en estoit desirans.
Les dos barons s’anjenoille de plans.
4300Oliver dist le salu primirans ;
Le roi salue de Diex le soverans :
« Rois sir », dist il, « molt pués estre joians
« De ce qe Diex te feit dou bien terans.
« Mesajers sumes de prisoners Cristians
4305« Che te proient par Diex et par si sans
« Che tu recoiles a merci cels dedans
« Et il seront de presons delivrans.
« Veez li mesajes de Paiens Najerans. »
Dist l’enperer : « Par le cors sant Abrans,
4310« S’il vol, les pendent, je n’i sera dolans,
« Quant paserent e mes dis e mes bans.
« Je n’ai qe fere de mesajers Paians ;
« Mais si en face son bon mes niés Rollans. »

CLXXVIII[2]

Quant Oliver entant ch’al roi non ploit
4315Oïr mesaiges et si nief le leisoit,
As Saracins mostre Rollant al doit.
Cun un dulz vis qe müer non savoit
Se treit Rollant la o li Paiens voit.

  1. — 4297 lemperer. Entre ce vers et le précédent il manque un feuillet qui a été arraché — 4302 sir manque — 4304 pries xpians — 4308 Veez li mestrues — 4310 Sil uoles penderẽt
  2. — 4316 mostrẽt — 4317 remuer non sauoit — 4318 lo o li p.