Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/297

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CLXXI[1]

La o Feragu se gist mort et envers,
S’apoie Carles sor le quens de Nevers.
4185Lo vis li garde, q’il avoit paille e pers.
Disent François : « Ci a un grant chuvers.
« S’a nostre loi avist esté convers,
« N’aüst tiel home jusqu’es plans de Gibers.
« Humeis seront les Saracins despers,
4190« Car pecé sunt les hus de lor albers.
« Le lor repois seront omais divers ;
« Ne lor faut gere en esté ne en vers ;
« Nes garront mie cuer de buef ne de cers
« Que par les cors ne soient mis les fers. »

CLXXII[2]

4195Sor Feragu oit mout grant asenblee ;
De lui ont François grant joie demenee ;
Le cors de lui mesurent o l’espee,
E quant verent, par virité provee,
Païne gient com la couse est alee
4200E che l’agnel, por la longe duree,
80 bAvoit dou los abatu la ponee,
Anc non veïstes gient si desconfortee.
Doe mille, dames en chaïrent pasmee,
Tant rices vestes en furent depecee.
4205La gient qu’avoit d’Aragons amenee
Demantenant sonerent la melee ;
Montez furent, cescuns la teste armee ;
Une partie s’en est fuant alee ;
Vers Aragons ont lor voie tornee :

  1. — 4184 nouers — 4187 estre c.
  2. — 4195 asenble — 4197 e lespee — 4200 longa — 4206 souerent — 4208 patie.