Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/296

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Mien esian, tes Diex te sont fali. »
Lor pase avant, les lacés li saisi,
4155L’hiaume li traist, dou chief li descovri ;
O voit François, si lor a feit un cri :
« Venez, venez veoir l’ome mori. »
E nos François gardoient tote fi ;
L’uns dist : «  Mort est » et li autre : « Neni. »
4160Mais quant il ont le duc Rollant ohi,
Tut i corent, ch’uns l’autre n’atendi.
Hues li quens cele part ne tendi,
Mais droit a Carles la novelle gehi.
Le roi l’entant, si fort s’en esjoï
4165Ses jenoils nuz contre terre flati,
Son capiaus hoste, vers Diex ses mains tendi :
« Glorios Pere, a toi en rent merci ;
« Plus que ne sui daigne m’avez servi. »
Atant se drece le frans roi seignori ;
4170Trestot a pié, c’a cheval non sailli,
Passe li pont ; si barons le segui.
Son neveu baise e le bier lui ausi.
Corent le princes de France e de Beri ;
Cil fu plus lié qe plus tost se ofri.
4175E le duc Naymes par le poing le seisi :
« Tenez, Rollant, qe par cert vos afi,
« Encué avez un tiel labors compli
« Ne fu mais tiel pués celui de Davi.
« Encué avez roi Marsilles honi,
4180« Ses Diex ontez, vergognez e laidi. »
80 aRollant l’entant, formant s’an esbaudi ;
Diex en mercie et se mer autresi.

    — 4155 Lihaume — 4156 O uoit uos franços — 4157 moriri — 4158 E uos, tetefi — 4162 natendi — 4165 Ses ienolis — 4167 G. pare — 4172 lui aisi — 4173 e debaris.