Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/295

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

La o termenie de l’ome la moité,
La o Nature veult par necesité
4125Que ceschuns home convient estre taillé
(C’est l’enboreil), l’a le duc asené ;
Nuls garnimant dont il fu adobé
Ne vaut al colp qe tot non soit dané.
Le brant i mist deci qu’en le fïé.
413079 aCil gete un cri, l’espirt en est alé ;
Celui l’en porte qe bien l’a gaagné.
Si com la tor, quan ronpus est le pié,
Chiet e decline, tot ensi fist l’Asclé.
Le duc Rollant au frans cors honoré
4135Trestot sanglant en a lo brant saché ;
Devant son piez l’a mantinant gité.
Vers Oriant s’est tantost jenoillé ;
Tendi ses mans ou Roi de majesté
E, larmoiant de joie e de pieté,
4140Dist autemant : « Tu soies merceé,
Ch’is Diex et home e fus de vergne né ;
Ancué ais bien ton miracle monstré.
Homeis seront le chetis delivré
Que par toi sunt en grant dotançe esté. »

CLXX[1]

4145Rollant se dreçe, sa oraisun a fini.
Ariere torne o le Paiens chaï,
E pués a dit : « Feragu, bien te di
« Que bien me poise quant te voi mort coisi.
79 b« Encué t’aüsse volonter converti
4150« E non avroient ta arme li Diex nemi.
« Or ais perdus le cors e l’arme ausi ;
« Tu pur cuidoies Jesus fust endormi ;

    — 4130 lespirit — 4144 dotança

  1. — 4145 dreça sa oraisun f. — 4148 more c. — 4149 Entue causse c. — 4151 larme ensi ausi.