Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/294

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

4095Quant veult, si fiert ; quant non, si s’en refraigne.
Le Saracins come lions regraigne ;
Si alenez l’avoit le bon cataigne
C’an petit d’ore ne croit c’a lui se taigne.

CLXIX[1]

78 bA grant merveile fu le Paiens lassé ;
4100Anz ne fu si a jors de son ahé.
Rollant le maine et avant et aré
A l’escrimir don bon brant açaré.
Si come feit le pastor corecé
Canger se bestes da un en autre pré,
4105N’i lese avoir en un leu fermité,
Tot si Rollant a celui travailé.
Le niés Marsille fu si fort alené
Que de suor fu il trestot moillé
E sor la boce de grant ire esclumé.
4110Volantier fust le repois demandé,
Mais le niés Carles s’an veit penant asé :
Com plus le voit sorpris et estanché,
Il plus l’ahaste al brant d’acer tempré.
Lor se est le duc dou tot abandoné ;
4115Aval d’un col o il estoit monté
Se mist a corre par si roiste ferté
Que tot en fu le Paiens esfraé.
En la venue a son eschu geté ;
Mais cil qe vient plan de grant volenté
4120L’a de la ponte dou bon brant estoché ;
N’i vaut l’eschu un mantel desforé ;
Ja n’oit l’obers al bon brant poesté :

    — 4096 saracis — 4097 aleuez — 4098 Car pont dore

  1. — 4099 paiens leise — 4100 fui — 4103 corecee — 4104 Cangner — 4107 Les, B a barré l’s, aleué — 4111 sau pouet, avec blanc entre les deux mots — 4116 rostie ferde — 4122 Iauoit.