Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/291

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Che soz lui naist quant il ombre Çeli
4010« — Un’ autre estoile c’est, el cercle Jovi —,
« La car de cil qe naistra desoz li
« En totes part ert plus fort qu’esmeri,
« Fors en cel leu o il fust celui di
« Trenciez de fers : en cil leu ne l’afi. »
4015Rollant l’entant, forment s’en esjoï ;
Mout noblemant a Diex en rant merci.
Al Paiens parle ; oiez q’il respondi.

CLXV[1]

Dist le niés Carles : « Mout est de merveiler
« Se por planez dois contre Diex durer. »
4020Dist Feragu : « Cil planez est si fer,
« Chi soz lui naist ni puet arme doter,
« Fors en cil leu o l’en le feit trenchier
« En celui jors quant il naist de sa mer :
« En cil leu sol se convient bien armer.
4025— Tot ce me ploit », respont Rollant li ber.
« Donc t’aconvient ton anboreil garder :
« Totes creatures, quant vient a l’enfanter,
« S’aconvient la, prés l’anboreil, tailer.
« Mout t’ais leisez a ce dir engigner.
4030— E ce che monte ? » ce respondi l’Escler.
« Ne me poroies en cil leu domajer :
77 a« Devant i ai troi grant plastres d’acer,
« Ester les mailes de mon obers dopler. »
Respont Rollant : « Esgarde cist brans clier :
4035« Se de la pointe te leises asener,
« Obers ni plastres n’i valdront dui diner.
« Se tu ne veus Jesu Crist aorer,

    — 4009 oubre — 4016 entant m.

  1. — 4024 En celui leu — 4026 anboieil bien g. — 4028 pres son auboieil — 4034 esgardez.