Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/290

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Si que te face de ta mort le present,
« O tu avrais encué certainement —
« La porte overte de ton conquirement. »

CLXIII[1]

3985Ire oit Rollant, de maltalant fermie ;
Le Païens garde, fieremant li escrie
Par grant heror, sains poins de blanderie :
« Tu ne veus croir en riens qe je te die,
« Filz dou Diable, nescus de Diablie !
3990« Anc ne pués jé, a ceste spee forbie,
« Ta cars trencier en naüne partie :
« E ou est plus nature defalie,
« O en le nastre dou fil sante Marie,
« O en ta cars, q’est si fort endurie
3995« C’a fers trençant s’atient e contralie ?
« Est ce raisnable o par nigromancie ?
« Le cors me dit, se Diex me beneïe,
« Che tu n’is home ne fais humane vie,
« Mais un Diable que vers Diex contralie.

CLXIV[2]

400076 b— Sire Rollant », ce respont l’Arabi,
« Corociez estes, car bien vos ai ohi.
« Non sui Diable, home m’engenuï.
« Volez oïr qi moi faa ensi ?
« Soz un planez, Chavachabas, naqui :
4005« Si li noment li Saracins anti.
« Chavachabas est planet si basti,
« Ne feit son cors en .xx. ans n’en .xxvi. ;
« Cil a vertu que celui o cili

    — 3982 mor

  1. — 3990 An — 3992 E on — 3993 la nastre — 3994 que si f. e. — 3998 Che tu uis
  2. — 4008 Cil a uerai.