Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/289

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Veus le tu croir, o ai dit en perdon ? »
3955Lor le Paiens tient basez le menton,
D’une grant piece n’i respont si ni con.

CLXII[1]

Quant put parler, si dist : « Rollant, entant.
« En lui oncir fust mal e traïmant.
« Sas tu por qoi batisme non consent ?
3960« Il ni diroit la plus part de ta gient
« Que baticé m’aüst de bon talent
« Por torner ma arme a pont de salvament,
« Mais por peor l’eüst fait solement :
« Je nel voldroie, por tot l’or d’Orïent,
3965« Che il en fust blaismez li mi parent
« Che moi rendisse al filz Millon d’Anglent. »
Respont Rollant : « Tu parles malement.
« Honor avrais de cist acordement :
« S’en sant batisme veus croire loialment,
3970« Vencus me clam a Diex, e toi me rent ;
« En toi me veul fier complïement,
« Che m’en leirai mener el mandement,
« E donc porais plus honorablement
« Vers Carlons prendre batisme e acordemant.
3975« Se tu fais ce, grant honor t’en apent. »
Lors le Paiens respondi folement.
« Rollant », dist il, « mout sais d’afeitement.
« Afermez sui sor un entendiment :
« Ceste bataile a duré longement,
3980« Je la veul trair don tot a finiment.
76 a« O je avrai encué le braç sanglent,

    — 3954 croir oui dit

  1. — 3957 Q. il put parle — 3960 Il mi diroit — 3965 Chil — 3966 rendist — 3971 fer complement — 3972 leira — 3974 prendre manque — 3975 ten prand — 3977 de feitament — 3981 sanglant.