Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/288

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

3925« Lor fu il si remembrant et apris
« Ch’il dist : « Ce est la main de toi qe me feisis. »
« Pués les mena trestut en paradis, »
Le Paiens l’oi, s’an a gitez un ris.
« Rollant », fit il, « si mostrent vos escris ;
3930« Quant qe trovez en carte de berbis
« Volez que croie, mais molt avez falis. »

CLXI[1]

Respont le duc : « O veus le croire o non,
« Che par Diex vix de voire le seit hon
« Che saint Espirt, aprés la Pasion,
3935« Ala a enfers, si en trast de prison
« Tuit le profete avec le primer hon,
« Car al terz jors, ensi com nos trovon,
« Resusita e vient a garison.
« Se tu mescrois a la Surecion,
3940« Monstrer t’en voul example par raison :
« Une nature a en lor li lion,
« Car le lione, quant a feit le faon,
« Tot mort le feit, terz jors ista de lon ;
« En le terz jors cort le per de randon,
3945« Sor le filz huce troi fois a si fier ton
« Che li filz lieve maintenant contremon.
« Li Sir dou munde trop plus croire devon,
« Che crea home, bestes et oiselon,
75 b« Ses filz, qe mais n’avoit feit mesprison,
3950« Que por bien faire fu mort en traïson,
« Puet suresir, ensi com nos lison,
« A un jornal, en celeste roon,
« Al destre lez dou Piere, en Aquilon.

    — 3928 loi san a gitez uuus — 3929 mestrent — 3931 croire

  1. — 3936 Tuti la p. anc ; B a corrigé anc en auec — 3939 meserois — 3940 escample.