Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/287

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

3895« Au fluns ala qe fist par lui silance,
« Batiça soi : ce fu sinificance
74 b« Que cele eve lava la prime usance.
« Chi cist batisme prandra en ferme creance,
« Cil ert beez a la fere santance,
3900« Quant ert monstree e la cros e la lance
« O il fu mort par nostre delivrance. »

CLX[1]

Dist Feragu : « Garde cel qe tu dis :
« Inposible est c’onque Diex fust oncis.
— E ne fu il », dist le duc, « biaus amis,
3905« Mais son sant Filz, qe cars humane pris :
« Icele cars oncistrent le Juïs.
« La Deité dunt il estoit enpris
« Ne mori mie, mais sol cil Crocifis,
« O il vit Diex claveler son chier fis,
3910« Che flagelez estoit dou pié al vis,
« Tote la nuet gabé et escarnis
« E coronez de mauvaises espis
« Que pasoient deci en la cervis ;
« E un avogle, que pués fu repentis,
3915« Par mié le flans le feri d’un esplis
« Com il g’ eüst e per e mer oncis.
75 a« Si grant pieté dou Fil al Pere pris
« Ch’il pardona pichiers e peceris.
« Le pechiez prime dont Adan lui forfis
3920« Fu celui point pardonez e remis,
« Ch’aprés la mort se parti l’Esperis,
« Ala an enfer, si en treist les cheitis,
« Par la main destre seisi le nostre antis :
« Quant il senti cil qe l’avoit seisis,

  1. — 3912 mauuaus — 3922 Ala auenfer.