Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/285

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Atinderent a ensir soz cil color :
« Profetiçé l’avoient li ploisor
« Que d’une vergne nastroit celui dolçor
« Que compliroit Nature et seroit salvaor
3845« Deu prin peché qe fist nostre ancesor. »

CLVII[1]

Feragu pense e tient sa boce mue.
Fine raison, quant il parle, a movue :
« Tu m’ais Nature en partie asolue.
« Or t’aconvient trair l’avers de la glue,
3850« Si com feit le vilein qe soz son fais tresue,
« Com plus l’a bien lïé et plus tost se remue.
« Rollant, bien croi que por divine aiue
« Poroit de saint Espirt estre tant raenplue
« Une pulcelle et de Diex proveüe
3855« Ch’ele seroit ençointe e vergne sostenue
« A tant qe la creature i fust de cors isue ;
« Mais se pulçele infance, q’ele ne soit rompue,
« Adonque est la raisons de nature cheüe.
« Se tu veus qe ta loi soie par moi creüe,
3860« Done moi a entendre de Jesus la venue
« E com sa mer remis pulcelle a la naschue.

CLVIII[2]

— Tu ais », ce dist Rollant, « bien veü le chucher
« Que feit la longue flor quant ele doit fruter :
« Tant i remaint les flors qe il se sant derier
386574 a« Nastre la chuche qe comance engroser ;
« Lor chiet le flors, quant n’i puet plus ester ;

    — 3844 uature — 3845 uostre

  1. — 3846 mute — 3847 monue — 3860 moi antendre.
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées CLVIII