Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/279

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« E quant el est une lieue en avant,
« Se il s’encontre en aucuns maldisant
« Che die : « O vais panitance querant ?
« Retorne arier, qe de ci en avant
3675« Sont robeors et autre male giant.
« Salver te pués bien et acortemant
« A sostenir ta fame et ton enfant »,
« Cist desconfort que vient de mal senblant
« Feit repentir de bien feir l’ignorant :
3680« Arier s’en torne, ne mais a son vivant
« De Diex servir ne li vient plus talant.
« Tu, Saracins, veus feir tot ensemant :
« De Diex veus estre creant e non creant,
« Che pur te tornes a l’encomençamant
3685« E ne veus croire en Diex debitemant,
« En Pier, en Filz et en Espirit sant.
— Qué cose est Pere ? » respondi l’Aufricant,
« Qué cose Filz e Spirit ? J’en demant :
« Sont il troi Diex o que sont il, Rollant ?
3690— Nanil, biaus frer, totes trois solemant
Sont Tirnité, in un Diex permanant
« Par estovoir sunt et reisnablemant. »
Dist Feragu : « Stu me mostres comant
« E com troi coses en unité remant,
3695« Si les fust uns que de non eüst tant,
« Aprestez sui de garpir Trivigant. »

CL[1]

71 aRespont le duc : « Par mon chief, bien m’agree ;
« Or soit par toi ma parole notee :
« La Deité qu’en troi part est sevree

    — 3672 ancũs — 3676 puies — 3678 Ci — 3679 fier legnorant — 3683 neus estre — 3686 spirt — 3688 filz espirt — 3695 deuõ eust

  1. — 3698 uotee — 3699 La diare quẽ idoi.