Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/278

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

3645« A ce provier j’en sui bien aiutoire
« E fols seroit chi ce volist mescroire. »

CXLVIII[1]

Dist le Paiens : « Rollant, je ne mescroi
« Quant che tu dis, ch’autretés est ma loi :
« Diex fist le ciel et les angles, ce croi,
3650« E le faus angles, qe pensa teil desroi,
« Fist eslongier de son ciel e da soi,
« E pués forma sor la tere li poi
« E mer et haire et feu, et quant que voi
« Devisa il senz paine et senz enoi.
3655« En nulle rien ne mist ne main ne doi
« Fors solament en l’ancestre de moi :
« Cil fist de tere, por q’il n’eüst orgoi.
« De son costé li hosta cele foi
« Une des costes, si te dirai por quoi :
3660« La fame fist e dis : « Je vos otroi
« Cist paradis en joie et en sbanoi »
« Ch’il acresissente le monde e la loi.
« Amis Rollant, par la foi qe vos doi,
« Par quoi non soie bien sor la droite foi,
3665« N’avra tençons plus d’entre vos e moi.

CXLIX[2]

— Saracins frere », ce lui respont Rollant,
« Forment m’agré qe tu es entendant ;
« Mais tu n’is mie dou tot reconoscant.
70 b« Tu fais ensi com le viel penetant
3670« Ch’a bon viage se met subitamant

    — 3645 ce sui b. aiutorie

  1. — 3648 chintretes — 3652 ferma, tera — 3661 emoie & eustauoie.
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées CXLIX