Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/276

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Que te poüst de bontez amender
3590« Fors d’une riens, qe bien te pués aider,
« Quant tu te lés ta arme pericler :
« Car crois Machon par ta arme salver ;
« Il ne te feit altre cose mester.
« Al roi Marsille te ferai pardoner
3595« E ma seror, qe de bontez n’a per
« E ne plus belle ne se poroit trover,
« Cangeona te donrai a moiler :
« Filie est de roi et de raïne mer ;
« Soz ciel n’a home ne s’an post contenter.
3600« Anz q’il soient pasez li .v. fevrer
« Cro je cist segle tot a moi conquister :
« De la moitez te farai coroner,
« De l’autre part me farai honorer. »
Rollant l’oï, si s’an rit volunter.
3605« Paiens », dist il, « ne me devez gaber.
« Mais stu te veus meïmement amer,
« De toi servir ai bien grant desïer :
« Defors Carlons mon sir et Oliver,
« Sor tot autre home me porisez ovrer. »

CXLVI[1]

3610Dist Feragu, que comance a sorir :
« Diva, Rollant, que vient dunc ce a dir ?
« Et chi me doit de moi plus chier tenir ? »
Respont Rollant : « Cil que se voit morir
« E ne se volt, quant il poit, guarentir,
3615« Par ignorance se leise a mort venir,
« Cil n’ame soi, par voir le pois je dir ;
69 b« Mais cil qe seit d’un grant pericle ensir

    — 3599 na san — 3600 ffeurer — 3601 tot emoi — 3604 si saunt v. — 3609 autres homes

  1. — 3610 sorur — 3612 Et manque — 3616 Oil name son, poise dir ; B corrige son en soi — 3617 soit, pericl.