Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/275

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Si Feragu s’estormi et esclaire,
Forbi ses oilz e dist : « Alas ! pecaire,
« Quant ca dormi, l’en m’en devroit detraire
« E ci davant me voi mon aversaire
3565« Que n’a voloir fors qe de moi desfaire !
« S’il bien en fust aveü de l’afaire,
« Bien m’aüst mort cist François de put aire. »
Ensi comence le Paiens a retraire ;
Mais quant il vit le grant peron de quaire
3570O il avoit repoisé son viaire,
Lors se remembre, come bon rementaire,
Que ce avoit feit le neveu l’emperaire.
Lors fist senblance et douce et de bon aire,
Pués en jura Machomet e sa maire :
3575« Plus vault cestui d’onor et de bien faire
« Que tot les homes deci Julis Cesaire ;
« Si je le pués a mes quatre Diex traire,
« N’avroit ou munde nus hom qe me contraire. »

CXLV[1]

Feragu laçe son vert hiaume d’achier,
3580Vers le niés Carles se mist por droit sentier.
Qui dunc veïst nostre duc redreçer,
Brandir l’espee et l’eschu enbracier.
Dist l’Arabi : « Areste, chevaler ;
« Asez porons l’uns l’autre laideier.
358569 a« Je voul un poué ensanble o toi parler,
« Plus ne te pués mon coraje celer.
« Quant de ton estre me vient bien a penser,
« Soz ciel n’a home, tant sache deviser,

    — 3561 Si feit f. — 3562 sez ollz — 3563 leu men deuoit — 3565 voilir — 3571 Hors — 3573 & douez & — 3574 iurai machon e la m. — 3577 Sue le — 3578 Nauoit

  1. — 3582 Bradist — 3584 porõt — 3585 ensanble doi.