Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/272

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

E il meïme, c’est verité provee,
Fu si estanché, a poine qu’il reflee.
Feragu dist al duc en escrïee :
3480« Est dunc ta cars, Rollant, d’acier tempree
« Quant encor n’est par bataille estanchee ? »
Respont Rollant : « Grant folie ais pensee.
« Crois estancher la divine ponnee ?
« Par li a jé ceste ovre encomencee. »
3485Dist Feragu : « Done moi, s’il t’agree,
« Un pué de treugue, qe mout l’ai desiree. »
Le duc respont : « Ja ne vos ert vehee.
« Repoisé vos en tiele destinee
« Che Diex vos dunt grace avant la vespree
3490« De pervenir a la loi batiçee,
« O voirement a ceste moie spee
« Vos soit enchué l’arme dou cors sevree. »
Le Turc s’an rit, s’a la teste corlee.

CXLI[1]

Afïez sont li chevalers ardi.
3495Le uns de l’autre se longa e parti.
Le duc Rollant ala boir a un ri
E le Paiens le refist autresi ;
Mout fu estanc, com vos avois hoï.
En mié le camp s’est asis l’Arabi ;
3500Onques n’i oit chariere ne tapi.
Por la calor dou chief se desgarni ;
A un onbral garde, Rollant coisi
Che prie Diex, le Roi qe ne menti :

    — 3477 inuite proueie — 3478 a pine quil reflie — 3480 Est dune, de chiers tẽprie — 3484 cest — 3485 moie — 3486 desire — 3488 Repoise en tiel d. — 3492 encheue — 3493 Le t. sauut ; cf. V, p. 70 : il Turco si ride

  1. — 3496 boir auuu — 3500 chariere ; cf. la forme vénitienne carega.