Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/270

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Ne l’atendroit por tot l’onor de Frise,
Ne veult morir par ensi fete guise.
3425Bien voit par force non ert ceste uevre aquise ;
Ovrer i stuet engins e maïstrise.

CXXXVIII[1]

Feragu voit nel volt Rollant atendre,
Guinchir le voit e contreval descendre ;
Ne fuoit mie, avant se leiroit pendre,
3430Mais vers la ville sens cri e sens contendre
Se mist aler ; nus hom le puet reprendre.
Le Paien crie : « Vas tu ma cité prendre ?
« Je comandai, quant je vin ci descendre,
« Che mes barons le deüssent defendre ;
3435« Chil che la praigne, je lor fis bien entendre
« Ch’a ceitis home ne le deüsent rendre.
« Tu ne fais mie com fesoit Alexandre
« Que se lasoit en cars plager e fendre
« Anz que de fue le poüst hom reprendre.
344066 b« Amis Rollant, par fuïr sens atendre
« Ne conquer om honor ni grant ni mendre. »

CXXXIX[2]

Rollant entant le Paiens criminal
Cheitis le tient, e non bien droit loial
Quant nel combat cors a cors a etal ;
3445Lor dist le duc : « Ne puet aler par al.
« Je moi comant a Diex le spirital,
« Che par m’amor sofri mort e traval. »
Vers le Paiens guenci l’ardiç vasal ;

    — 3426 cesteure — 3426 stuet engnĩs

  1. — 3427 nel voit — 3429 se leuoit — 3433 vin & descendre — 3439 de frie — 3441 Ne conqueront
  2. — 3444 cõbãt.