Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/269

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

La piere fiert com foudre qe ruïne,
La targe ront com fust une sclavine,
La guinche piece de soie barbarine.
Si com la nef qe cort par la marine
3400Tote se ploie por force de l’orine,
Che cel dedens a la mort se destine,
Tot si Rollant, le ber plains de dotrine,
Par le grant colp tot se ploie en l’eschine.
Si com l’enfans petit, plans de volpine,
3405Blande sa mere, quant sor lui s’avenine,
Tot si li duc dist : « Ai ! vertu divine,
« Que saoulas en la grant desertine
66 a« Ton jantils pople d’acees e de farine,
« Si com ta loi valt melz que la Païne,
3410« De sa defense su je mis en seisine
« Vers cist Diable neschu de sarpantine ;
« Secor moi donc, car la mort me termine. »

CXXXVII[1]

Se le duc proie, ne doit avoir reprise ;
Pués q’il vesti premer pelice grise,
3415Jamés ne fu en si aspre justise.
Brandist l’espee, pués crie : « Sancte Glise !
« De moi te membre, jantil sant de Galixe ! »
Vers Feragu s’en vient par grant hautise ;
De soi vengier fu en grant covotise ;
3420Mais le Paiens, qe Damediex desprixe,
Prist en sa main une grant piere bise.
Le duc le voit, autre voie a reprise ;

    — 3396 cõfõdre — 3399 uef — 3400 de corine — 3401 cele de deus a la morte — 3405 sauenene — 3406 Tot fi — 3407 A a laissé un blanc entre que et en ; B a suppléé sol allas — 3408 dalees ete farine — 3410 defensa sine m. — 3412 donõ

  1. — 3418 hñtise ; cf. 3528 — 3419 conotise.