Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/263

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Edifia des le tens ancian,
La veïsez Feragu l’Indian
63 aRollant combatre par force e par ahan
Or pur sont il ensenble man a man ;
3230Le uns de l’autre ne furent plus luntan
Con les espees furent sor lor clavan.
Le niés Marsille abravé come chan ;
L’espee tient que fist Saradian,
Un giantils fevre que fu frere Galan :
3235Ces dos furent le mestres soveran.
Rollant en fiert sor l’haume Surian
Que lui presta son oncle le deman ;
Ne puet forfer valant un Blavian.
Oiez que fist le neveu Carleman :
3240Quant le Paiens leve le colp altan,
A le retrare le fert ariere man
Soz da l’asele, si com fuet l’aceran ;
Dou blans obers li detrença le pan ;
Clavin n’i dure plus com fust baracan
3245E le ganbaus, qe fu de Bocaran,
Si che la cars li par un pié de plan ;
N’en puet trenchier plus com fust diaman.
63 bLi ber le garde, si n’oit mout le cor van ;
Arier se trait e dist « Par sant Abran,
3250« Tiele mervoile ne vit nul cors vivant.

CXXXII[1]

« Ai ! » dist le duch, « sainte Vergne Marie,
« Secorez moi, car j’ai mester d’aïe,
« Vers cist Maufer, qe ne vos ame mie,

    — 3226 de le — 3227 Laucisez ; B a corrigé le c en e — 3232 Au lieu de abrave, on peut lire a bravé — 3235 furẽs — 3236 feirt sor lahume — 3237 sonouele — 3238 blaman — 3239 neue — 3241 retrate — 3244 baratan — 3245 ganberis — 3250 Til, nul ho. cors viuant

  1. — 3251 Ia dist le d. — 3252 car iae.