Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/262

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

3200N’i puet Rollant ni tant ni quant mesfere.
Plus d’une lieue alast un bon trotere
Ch’il n’oit repois que l’uns l’autre ne fiere.

CXXX[1]

Or sunt ensanble le François el Païn.
Longe bataile e doloros hustin
3205Ont mantenue as bon brant acerin.
Mout savoit bien le nostre palatin
Des escrimies de long e de veisin ;
Bon mestre en oit, Gauter de Montarbin,
Che l’en aprist, quant il estoit mesclin.
3210Mais escrimie veult cor et grant ençin :
Chi ce n’avra ne pris un Angeïn.
Bien oit Rollant ces dos a son demin ;
De cors ardiz fu il plus enterin
D’ome terans : ce nos conte Trepin,
3215Que tot ses auvres dou cief trosqu’en la fin
Cronicha totes en escrit por latin.
Aparisant fu il bien le maitin
Che la bataile sofri dou Saracin :
S’il fust esté de cors foible e fraïn,
3220Son escrimir n’i valist un terin ;
Mais son savoir con miracle divin
Cil jors condust cele bataile a fin
Maugrez Machon et son frer Apolin.

CXXXI[2]

Se la fusez, la devant Najeran,
3225La fort cité qe Najeron Roman

    — 3202 feire

  1. — 3205 a ses bon — 3207 escrimes de l. e den cisim. — 3208 Don m. euoit ganter — 3212 Dien — 3214 ce uos — 3219 foible frain.
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées CXXXI