Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/261

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CXXVIII[1]

Droit a le dard que le Paiens a treit
3175S’an vient le duc, ne voult que trer le lait ;
62 aDou brant le fiert, quatre part en a fait.
Le niés Marsille voit q’il n’i a forfait,
L’espee longue a trait, sovre li vait.
Rollant vers lui vient corant entresait,
3180Car de guencir omeis se tient a lait.
Qui don veïst cum l’uns l’autre mesfait ;
Il monstrent bien que pont d’amors n’i ait.
De lor eschu ont toz li cantel frait.
Le niés Marsille par pué ne se resfait ;
3185Sovent le fiert, sovent le crie e brait ;
Se ne fust l’hiaume, qe ne crient fers qe rait,
A ses grans colp n’eüst mester entrait.

CXXIX[2]

Or encomance l’aspre bataile fiere,
Dure e pesant e de mortiel mainere ;
3190Anc de dos homes ne fu si estranere.
Qui don veïst le neveu l’enperere
Son poer fere de voluntez entiere ;
Aisi le fiert irez con aspre ciere
Con se fust cil qe lui oncist son pere.
3195Sovant lui met la bone spee clere
62 bJusqu’a la cars soz la brunie doplere,
Mais cele est dure e plus fort qe la piere :
O fiert le fer enpués retorne ariere,
Che si remaint sane cum da primere ;

  1. — 3175 quẽtrer — 3177 ma forfait — 3179 entrosait — 3180 omcis — 3181 cũ lus — 3183 mait
  2. — 3188 laspere — 3190 Aus des dos — 3196 Iusqua a la c. sor — 3198 epues.