Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/258

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Armer se feit en la sale desor.
Hoi ! cum celui doit avoir grant peor
Que veult de tort venir avoheor !
3090Grant mervoile est se il en porte honor.
Mais le pechié de l’ignorant color
Ch’al cief de toz leideze son seignor
En tiel folie feit entrer le ploisor.
Le fier Paiens, dont il feit grant folor,
3095Veit arme prendre contre son Creator,
Contre Celui che mori por celor
Che ne sevent conostre servior.
Hai ! lor dolant en le novisme jor,
Que tard pentir torne a duel et a plor.
3100Or leisons castoier se barbis le pastor,
Que bien s’en vange s’ele li feit iror ;
A ma santançe m’aconvient feir retor.
Feragu vest un blanc obers fortor ;
Clavains oit bon et hiaume paint entor ;
3105Mout par fu rice de cercle li labor,
Les rices pieres gitoient grant lugor.
Cainte, a la spee trançant come reisor ;
Un fort eschu, anc hom ne vit major,
Li a bailé un Paiens sedutor.
3110Cil l’a sesis e pués se garde entor :
« Je vos comant, a grant et a menor,
« Que bien gardés les prisons en la tor
« E la cité envers la gient Francor.
« Combatre vois, e si me dit le cor
3115« Ch’inchué serai perdant o vençeor :
60 b« Le uns des dos en avra la pejor,
« Car cist afeir a dureç trop longor,
« Mais anz le vespre, se ne sui menteor,

    — 3098 Hen, nouissime — 3101 seuuãge — 3102 saurançe macõment — 3103 uesti — 3107 Camte — 3112 ses prisons — 3113 vers — 3116 dos naura.