Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/255

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Dominus tecum », et elle acontentee
« Li respondi cum la teste clinee :
« Tot si com m’ais la parole noncee,
« S’ancile sui, si soit cum lui agree »,
3005« Par tiel proiere, par itel remembree
« Done moi grace ch’en iceste jornee
« Soit ta vertu en tiel gise mostree
« Che cist Paiens, qe tient ta gient seree,
« Convertir puse a la santisme usee,
3010« O voiremant al trençant de l’espee
« Oncir le puse enchué anz le vespree,
« Car cist n’est home d’aver longe duree
« Che ta gient a e ta loi leideçee. »

CXXIII[1]

Quant mese est dite e la sante oraison
3015E che l’abé fist la benecion,
Rollant se drece, q’estoit en jenolon.
Par la main destre le prist le roi Carlon.
« Niés », dist le roi, « par algune equeison
« Puet remanoir, jel vos requer en don,
3020« Ceste bataile de quoi sui en friçon ?
— Nenil voir, scire ; vos parlez en perdon. »
Teris apelle : « O sunt mi garnison ? »
Cil les aporte devant le pavilon.
Al duc armer oit maint jentis baron ;
3025Chaucié li a ses ganberes Huon.
Pleit vos oïr qi mistrent li esperon ?
Le uns Richars e l’autre Gainellon.
Le duc se membre do niés Marsilion
Cui mort avoit son destré Aragon ;

    — 3001 acontentie — 3002 testa — 3005 remembre — 3009 santissime — 3013 leideçoe

  1. — 3016 ionelon — 3027 Le uus — 3029 aragnon.