Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/254

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Fait sovant son marchié a belle dame vendre :
2975Contre ces trois vertus nulle se puet defandre.
L’endemain par maitins, qe jors vient a espandre,
Leva le duc Rollant, qe doit ses armes prandre.
Le roi i est venus en plorant de cors tandre ;
Misse lui fist canter a un abés de Flandre
298058 aA ce que Nostre Sir, ch’en cros se laisa pandre,
Pués che ceste bataille ne puet dou tot remandre,
Son neveu dont vitorie e Feragu complandre.

CXXII[1]

Endroit l’aubor fu la mese cantee.
Chi donc oïst Rollant a la celee
2985Comant il prie l’ostie sacrifïee !
Tot en plurant a dit reisons membree :
« Si com tu is par virité provee
« Li fil de Diex, qe as cele hostie aonbree,
« Cum cil prevoir, qe l’a amont levee,
2990« Tient en ses mans la cars crucifïee
« Che fu vendue, batue e flagellee,
« Par grant necesité oncise et enplaiee
« El vendredi, a ce que fust salvee
« L’umane gient, qui estoit perilee
2995« Par le pechié de la prime formee,
« Ay ! sante cars, qe fus de vergne nee,
« Si cum ta mere ne fu par hom tochee,
« Mais par divine vertu profeteçee
« S’aombra de toi, quant la fu salutee
300058 b« Par Gabrïel : « Ave, beneüree,

    — 2976 maitis — 2977 e doit

  1. — 2983 A mesa — 2985 sacrifice — 2986 membre — 2987 procee — 2989 amonte lonte — 2990 sas mans — 2991 flagelle — 2994 questoit — 2999 Daombra — 3000 beneure.