Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/251

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« E j’en avrai tot tans le dol coral.
« Avant fus je brusiez aprés un pal
« Che je gerpis le mortel batistal,
2895« Che l’uns des dos ne remant teral. »

CXVIII[1]

Bien voit le roi que Rollant s’aïra ;
Baiser le veit e d’andos oilz plora.
Or sa il bien che mais ne restera
Tant ch’uns des dos la mort en recevra.
2900Tot en plorant Guenemer apella,
Jofroi d’Anjoi e duch Bos demanda,
De bien garder le pont lor comanda
A tant de gient com il lor devisa.
Il e Naymon Rollant en amena
2905Deci al trief, o l’en le desarma.
Guenes li quens son hiaume li hosta,
Les esperons Teris li decauça,
Roi Salamons le eschu lui monstra,
En plorant dist : « Rollant, esgarde ça ;
2910« Cil qui tiel colp sor cist eschu dona
« Fist bien senblant qe nulle peor n’a.
« Cil lui confunde qe le mont estora ! »
Rollant respont : « J’espoir que si fera.
« Le cors me dit, s’il demain revira
2915« A la bataile, que mais non estordra. »
57 aA ces paroles Teris l’eve cria.

CXIX[2]

Al treif Rollant laverent le bernage.
Le roi s’asist joste Naymon le saje,

  1. — 2896 Or voit bien — 2897 B. le uit — 2898 restora — 2909 exgarde — 2915 estora — 2916 teris leue aia
  2. — 2917 Altreifi.