Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/250

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

56 a« Ch’en tot sa vie n’en oit un plus dolent :
2865« Dou chief de vos est mon entindiment. »
Dist Feragu : « Dit sera voirement ;
« Fa pur les ovres, si puis, compliement,
« Car n’est droit home qui promet e n’atent. »

CXVII[1]

Ensi furent desevrés li vasal
2870Par la manchise ch’il avrent de jornal.
A piez s’en torne le neveus l’amiral,
O lui en porte les fust de son tinal.
Iluech fist bien Rollant come loial :
Por tant ch’il vit le Paiens criminal
2875A pez torner, si refist autretal ;
Par non avoir blasme d’ome carnal,
Par le frain d’or en moine son ceval.
Vienent encontre lu e li bons e li mal.
Asi le baise le roi enpirial
2880Con le veïst feru d’un colp mortal.
« Niés », dist le roi, « se moi venez a fal
« D’une grant grace, donc n’i a ami carnal.
— Sire », dist-il, « je sui vostre vasal
56 b« E vostre niés e vostre ami loial ;
2885« Promis m’avois la corone roial
« De tote Espaigne, neïs de Portegal,
« Et jurez l’ont François e Provençal.
« Se volez estre clamez roi desloial,
« Tornez vos en en France a vostre hostal
2890« E vos barons leisez sor cel toral ;
« Trainez seront e penduç a forchal

    — 2864 Che tot, ne uoit — 2866 Respont rollant

  1. — 2869 desoures — 2870 iorual — 2875 tornez — 2876 auoire, carual — 2878 Peut-ètre faut-il corriger : Contre lu vienent e li b. e li m. — 2883 Avant ce vers il manque peut-être une phrase où Charlemagne prie expressément son neveu de ne pas retourner au combat — 2887 françõs — 2889 uos en france ur̃e h.