Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/249

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

2835« E tornerons domain a l’aube clere.
« Demains avrois mout la cose legere ;
« A piez venrai ma bataile a fin trere,
« Car n’a cheval trosqu’en la Roge Mere,
« Quant sui armez a la moie mainere,
2840« Che moi portast demie liue entere. »
Respont Rollant : « Si bien m’ait la Diex mere
« Com bien me poise se serois peonere ;
« Prendez le mien, s’il est par vostre afere.
« S’il fust meilor, foi qe je doi sant Piere,
2845« Jel vos donas asés plus volantere. »

CXVI[1]

Dist Feragu : « Rollant, merci vos rend.
« Ja vos ai dit tot primerainement
« Che pués que j’ai vestu mon garnimant
« Il n’a cheval deci en Orïent
2850« Che moi portast en avant un arpent
« Fors che cestu que m’ais mort solemant.
« Deman m’estuet, outre mon mautalent,
« A piez venir, si an sui bien dolent.
« Volez aler o roi qe vos atent ?
2855— Oïl voir », dist Rollant, « par tiel convent
« Che tornerons deman comunelment
« A definir nostre començament. »
Dist Feragu : « Ensi soit verement.
« Che mandez vos por moi a votre gient ?
2860« Se vos avez nul bon entendiment,
« Mandez lor dir por reconfortamant. »
Respont le duc : « Salu premerament ;
« Ainz demain vespre le croi fier un present

    — 2835 clire

  1. — 2847 primerement — 2848 que ia — 2849 horiente — 2830 Che mõ portast en añt — 2852 me scuet — 2856 torneros.