Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/248

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

El quart contraire, tenuz vient fableor,
Car bien savomes que devant un rector
Plus d’un sol home vienent creü ploisor.
2810Se dan Tripin e le dui troveor
Sont en acord d’un ovre e d’un tenor,
E par quoi donque les foibles jogleor
Cantent d’Espaigne e vont contre celor
Che troverent l’estorie.  .  .  .  .  .  .  .  . ?
2815A raisons droite devroit un bon pastor
Far les snarer come perjuraor,
Car cil qe cante, s’il veult avoir honor
E ne veult estre apelez mentior
Ne doit canter cel dont il n’est letor ;
2820E s’il ne soit respondre al proveor,
De lui se gabe el bon escuteor.
Leisons bosdie canter al bosdeor ;
Chi les eschute remagnent avech lor,
Che pur dirai, a qui’n chant e qui’n plor,
2825Si com nos monstre Trepin nostre doctor.
Li dui barons par marvoilos hiror
Combat l’uns l’autre a force et a vigor
A piere traire, de grant e de menor ;
Ne finirent tant ch’il lor faut le jor.

CXV[1]

2830De ci al jor fu la bataile fiere
Pur solament al giter de la piere.
Dist Feragu : « Sire niés d’enperere,
55 b« S’il vos pleisot, sanz fier longe proiere,
« Tornez vos en. Je m’an irai arere

    — 2809 homes uient — 2813 Cautent — 2814 La fin du vers est en blanc ; on peut suppléer quelque chose comme : o grant labor — 2823 au coh lor — 2825 uos

  1. — 2830 a ior — 2834 Tornz, arire.