Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/243

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Et le guinchir trop gregnor coardie.
Envers la roche en contreval se plie,
Davant ses piez a une piere saisie.
2670Lo niés Marsille vient plain de grant envié,
Dou brant li croit ferir joste l’oïe.
Rollant lui gite vers l’iaume d’Aumarie
La piere prise o tant de vigorie,
52 bLe cheval fiert por la teste polie ;
2675N’i vaut testere la monte d’une lie ;
L’os lui deront, la cervelle est croisie,
Les oils li cheit sor la roche bronie.
Le bon cheval n’oit nulle garentie ;
De grant angose a sa rene guencie,
2680Dos fois roelle, a la terce se plie,
Sor son seignor ciet, qu’il ne brait ne crie.
Rollant le voit, Nostre Sir en mercie.
Crïent François : « Hei ! sainte Verge pie,
« Alumenez Rollant de vostre aïe.
2685— Segnor », dit Carles o la barbe florie,
« Soffrez un poé a garder l’envaïe.
« Le cors me dit ch’ancué avant complie
« Do Païens ert la bataile finie. »

CX[1]

Mout fu joianz Carles le filz Pepin
2690E confortez Franços et Angeïn ;
Mout fu proiez l’autisme Roi divin
Por dan Rollans nostre quens palatin.
La o Feragu cheï do veir sovin
E sor son sir versa l’Amoraïn,

    — 2667 gumchir — 2672 gire — 2673 piere poi se noit tant — 2674 fiere — 2676 Les lui d — 2677 reche — 2680 Des fois — 2683 uergo — 2685 barba

  1. — 2691 lautissime — 2693 doucer souin.